Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore, comme par un prodige inouï du soleil,